L'EDITO

 

L’héroïsme ordinaire du quotidien


    Aux dernières Journées du Pardon (30 oct. – 2 nov. 2014), nous avons eu l’honneur et la joie d’accueillir ce que j’ai appelé des « grands témoins » du pardon. Des personnes comme la Sud-Africaine Ginn Fourie, dont la fille de 17 ans est morte dans un attentat à Johannesburg, comme le Palestinien Bassam Aramin, dont la fillette de 10 ans a été tuée par un soldat israélien, ou encore comme l’Israélienne Michal Pundak Sagie, dont deux frères ont été tués dans ce même conflit israélo-palestinien.

    Au-delà du témoignage bouleversant et inspirant de pardon, et même de réconciliation, que ces personnes nous ont offert, auquel nous pouvions au moins en partie nous attendre, ils nous ont aussi donné une leçon inattendue pour beaucoup.

    Laquelle ?…

    Faire œuvre de pardon face à un événement effroyable, nous ont-ils dit en substance, n’est presque pas un choix : c’est pratiquement une obligation. Un passage obligé pour survivre. Pour ne pas succomber au désespoir, à la haine ou la rage. Pour ne pas se détruire soi-même, et avec soi tout ce qu’il reste de beau dans sa vie et ses relations. Pour vivre, tout simplement.

    Ginn, Bassam et Michal ne se considèrent pas comme des héros, pour avoir réussi à faire ce chemin de pardon, face à l’innommable. Quelle autre véritable option avaient-ils ?, nous ont-ils demandé.

    Le véritable héroïsme, pour eux, la vraie difficulté à laquelle nous sommes tous confrontés, c’est de mettre en œuvre le pardon face à toutes les petites choses du quotidien, les contrariétés en famille, les vexations au boulot, les remarques désagréables du voisinage, les petites trahisons, les coups bas, les comportements déplacés, etc.

    Pourquoi ?

    Parce que là, c’est possible de vivre avec, de s’en accommoder et ainsi, de broutille en broutille, de petite blessure en petite blessure, de cumuler les ressentiments, de laisser petit à petit son cœur se refermer (effet grenouille !), de diminuer de jour en jour le flot de son amour, à mesure que s’accumule notre « cholestérol émotionnel ».

    Prenez une analogie évidente : si vous avez une maladie ou un accident graves, vous filez aussitôt à l’hôpital vous faire soigner ou opérer. C’est une question de vie ou de mort. Par contre, si vous souffrez de maux légers, de douleurs d’estomac récurrentes, de petites plaques d’eczéma, rhume chronique, articulations douloureuses ou que sais-je… vous pouvez facilement faire mine de les ignorer. Vivre avec, comme on dit. Même si c’est au prix d’une perte de vitalité et d’énergie, d’une immunité plus faible, d’une santé plus chancelante.

    Au fond, le véritable héroïsme, ce n’est pas de réaliser une fois un acte extraordinaire, qui nous vaudra les louanges de tous. C’est peut-être plutôt l’héroïsme ordinaire du quotidien, la répétition inlassable de ces mêmes attitudes et gestes réparateurs qui préservent notre santé physique et émotionnelle, qui entretiennent la qualité de nos relations.

    Le vrai défi, le vrai chantier, c’est le quotidien.

    Comme je dis souvent en conférence ou en atelier, c’est facile de venir faire le beau devant 30, 50 ou 300 personnes. Le moment de vérité, c’est avec ma femme et mes enfants, c’est avec mes proches et amis, c’est avec mes voisins et ma famille élargie. Si je n’arrive pas à mettre en œuvre ce à quoi je crois, ce que j’enseigne, quelle légitimité ai-je pour aller en parler à des cercles plus larges ?

    N’attendons pas des occasions uniques de nous illustrer, des épreuves grandioses à remporter, des défis titanesques à relever.

    Utilisons plutôt la multitude de situations banalement énervantes ou attristantes, ordinairement frustrantes ou vexantes qui ponctuent nos vies, en famille, au travail, partout, comme autant d’occasions de nous entraîner, de nous renforcer, de développer des qualités d’âme et de coeur qui – si un jour un événement hors du commun devait effectivement nous arriver – nous rendront capables d’y faire face.

    2015 : année du chantier quotidien ?...   

OCsign.jpg


 

© OC 2012-2014, tous droits réservés - Contact